QUI SOMMES NOUS ?

Mathilde Gourdol

Son écriture est imprégnée de ses souvenirs et elle aime aller à la recontre de l’être ingénu et enfantin qui se trouve en chacun de nous.
Elle a joué pour les grands dans « Intimes Limites » , création de la Cie des Papillons dans le ventre, « Le Crépuscule d’une étoile » mis en scène par J. Lefebvre.
« L’Intervention », de V. Hugo mis en scène par N. Vadori et « Des courtes », de J-C Grumberg, par le Collectif Livré en Kit.
Et pour le jeune public dans «Léa raconte-moi un arbre» mis en scène par Laure Majnoni, « À l’eau Léa », « Et si j’étais toi ! », mis en scène par F. Giappiconi,
« Miroir, miroir...d’après le mythe de Psyché », dont elle est la co-auteur et la metteur en scène.
Mathilde passe de la mise en scène au jeu selon les créations, les envies et les rencontres. Elle a mis en scène « Le Tailleur de Rêves» et «Contes à Rebours »
pour les plus jeunes et « Quand X rencontre Y » pour un public adulte.

 

Léa Ros 

Artisane du spectacle vivant, Léa Ros est auteur, metteur en scène, comédienne et marionnettiste au sein de diverses compagnies. Après des études en arts plastiques, elle se forme à l’école d’art et technique de l’acteur Claude Mathieu de 2002 à 2003 puis suis une formation professionnelle de comédien marionnettiste au Théâtre aux mains nues sous la direction d’Alain Recoing en 2003/2004.
Elle rencontre Loïc Thomas qui devient son partenaire, ensemble ils montent chacun leur petite forme solo : Murmure et Ha bah dites donc !? ! . Ils cofondent la compagnie La Lune à tics en 2004 avec laquelle ils signent une adaptation pour masque et marionnettes du livre de Tomi Ungerer  Les trois brigands.  En 2007 ils créent  Mange et mangés ! sur des textes de Léa Ros. 

En 2005 elle intègre la compagnie 25 Watts dirigée par Emmanuelle Levy, en tant qu’interprète dans Mécanique céleste. Quelques années plus tard, elle retrouve la compagnie en répondant  à  une commande de texte pour Abysses Boréales créé en 2012, autour du conte inuit de la femme squelette ; avant d’y apporter également son regard. Depuis elle prend le rôle d’œil extérieur de la compagnie, pour Zinzin en 2013, Né sous une bonne étoile et Pied de nez, création en cours.
En 2009 elle participe à la création de  J’ai vu tomber la lune de la compagnie Anonima teatro et à cette occasion travaille avec Matteo Destro. En 2009, la compagnie Anonima teatro  lui confie la charge de la mise en scène de sa nouvelle création : Comment Pantagruel rompit les Andouilles aux genoux  création été 2014.
Sa carrière d’interprète se poursuit parallèlement. Elle porte également masque et marionnette dans Contre-temps de Céline Gouel, créé en 2013 par la compagnie Ça et là de Rouen.
Elle rencontre Luc Laporte de la compagnie Contre Ciel  et devient sa complice sur scène dans Avis de messe marionnettique, travail mené à partir d’écrits d’Antonin Artaud, qui se jouera aux Giboulées de Strasbourg, à la biennale de Lyon et dans la programmation In du festival de Charleville Mézières. Elle est également l’interprète et la manipulatrice de la chèvre dans Ravie (adaptée de la chèvre de Mr Seguin) création Contre Ciel 2015, programmé au Théâtre Jean-Arp de Clamart, Théâtre de la marionnette à Paris.


 

 

Membres actives

Emmanuelle Lévy

Fondatrice de la Compagnie en 2004.

Plasticienne de formation et diplômée de l'École des Beaux-Arts de Paris (ENSB-A, 2000-2004).après un Deug en Arts plastiques et  une année de licence en Arts plastiques Paris I et en Arts du spectacle Paris III. Elle complète sa formation par des stages de marionnette avec François Lazarro, la Cie Philipe Genty (5 semaines et cours à l’année), la Cie Les Anges au Plafond, de théâtre d’ombre et de bruitage avec la Cie Les Anges Au plafond, de théâtre d’objet avec Agnès Limbos et Nicole Mossoux, Christian Carignon, Katy Deville, Jacques Templeraud et Charlot Lemoine. 

 

Elle s'initie également au clown auprès notamment de Fred Blin, Charlotte Saliou, Adell Nodé-Langlois, Claudia Nottale, ainsi qu’au burlesque avec Dimitri Hatton.  Elle travaille autour du mouvement et du masque avec Claire Heggen et Yves Marc, et aborde le théâtre et l'improvisation avec Philippe Dormoy. Elle est également stagiaire sur le spectacle À distance de la Cie Les Ateliers du Spectacle.

Elle est à l'origine de la plupart des  spectacles de la Cie 25 Watts, soit en tant que metteuse en scène, soit en tant qu'interprète, manipulatrice et plasticienne, en collaboration avec différents partenaires. Elle mène en parallèle un travail de plasticienne et d'illustratrice par la pratique de la gravure, du dessin et de la céramique. Elle anime cours et stages en théâtre visuel et théâtre d'objet en lien avec les spectacles de la cie, et donne en parallèle des ateliers d'art plastique auprès de toutes les classes d'âge au sein de centres culturels.

Adeline Dautreppe

Après avoir fait une formation de théâtre de texte à l’école du Studio d’Asnières, Adeline découvre l’univers du théâtre de rue avec Les Noctambules et le Chapiteau Rajganawak. Elle apprend le jonglage, la corde et se consacre plus particulièrement au clown, discipline qui pour elle conjugue le cirque et le théâtre. Elle participe alors à divers projets pour enfants de cirque social, de spectacles et d’initiation aux arts du cirque avec la Compagnie Circadiem, en voyage à travers les Balkans (Bosnie, Serbie, Roumanie, Kossovo).Elle enseigne le cirque, le théâtre, la marionnette et le théâtre d’objets aux enfants dans de nombreuses structures notamment avec le théâtre Jean Arp à Clamart
Elle coécrit plusieurs spectacles pluridisciplinaires pour adultes ou enfants.
Au fil de ses expériences dans le spectacle visuel et corporel, elle s’intéresse à la marionnette et en vient à se passionner pour le théâtre d’objets.
C’est lors d’un stage du Théâtre de cuisine que la rencontre avec Emmanuelle Lévy a lieu. C’est le début d’une collaboration stimulante et riche au sein de laquelle, chacune à sa manière, prêtera son regard extérieur au travail de l’autre. Ainsi naîtront leurs solos respectifs : Né sous une bonne étoile, d’Emmanuelle Lévy et Ça casse pas trois pattes, d’Adeline Dautreppe.
 

Collaborateurs & collaboratrices
Stéphane Privat
Eric de Sarria

Comédien de formation, il travaille avec Philippe Genty depuis 1988. Il a participé, en tant qu’acteur,  à la création de Dérives,  à la reprise de Dédale, et à la recréation de Zigmund Follies dont il est l’interprete.

Depuis 2001, il assiste Philippe Genty dans ses stages et sur quelques unes de ses créations : Boliloc et Ne M’oublie Pas (version 2012).
Il anime, au nom de la Compagnie Philippe Genty, des stages intensifs pour professionnels notamment pour les acteurs du Barka Theater à Budapest, avec Nicolas Goussef  puis Irene Panizzi pour les acteurs marionnettistes du Théâtre Obraztsov, Moscou, Russie. Et aussi auprès des élèves comédiens de l’Université HiNt, Verdal, Norvège, au sein de laquelle il  met en scène Snow, à partir d’un texte d’Inga E.Naess.
Egalement auprès d’étudiants et de professionnels, il codirige, avec Nancy Rusek,  un stage à Evora au Portugal,  dirige un stage et performance dans le cadre du  Backstreet Festival, Alexandria, en Egypte et anime de nombreux autres stages en France et à l’étranger dans le domaine  du jeu d’acteur et de la manipulation de marionnettes, d’objets et de matériaux.
Il est assistant à la mise en scène de Giant Match/ Meet my in laws,  pour la compagnie les Grandes Personnes (marionnettes géantes/Spectacle de rue) en Afrique du Sud.
Il met en scène et joue dans L’Homme Oiseau et son Chimère Orchestra pour la compagnie Demain on change tout. Il et met en scène, pour  la compagnie les Maladroits du spectacle, Frères.

Garance Guierre

Née en 1985 à Paris, elle fait des études de Lettres modernes et Arts du spectacle à la faculté de Jussieu. Elle entre en 2004 à l'École du Jeu, dirigée par Delphine Eliet, formation qu'elle suit pendant trois ans. Elle suit les cours d'art dramatique au Conservatoire du 5ème arrondissement de Paris pendant deux ans, de 2007 à 2009. Elle complète sa formation par de nombreux stages de marionnette et de clown (Alexandre Haslé, Hervé Langlois, Alexandre Lenours, La Cie Ches Penses Vertes...). Elle fonde la Cie Furiosa en 2006, et depuis travaille en tant que comédienne, metteur en scène et marionnettiste dans ses spectacles (www.furiosart.com). Elle nourrit une passion pour la musique (piano et chant) qu'elle développe notamment dans le cadre des « femmes machines », spectacle produit par le groupe Uburik dont elle fait partie depuis 2008. Depuis avril 2011, elle est la « Crieuse publique » de la ville de Bagneux.

 

Leonor Stirman

Comédienne, pianiste et chanteuse, formée au conservatoire de Gennevilliers et à l'ESAD (Paris),

Leonor Stirman aime à mêler musique, comédie et écritures originales (textes et compositions) au

sein de spectacles qu'elle interprète tantôt en solo, tantôt avec d'autres artistes et compagnies.

Son seul en scène Panier-Piano tourne depuis 2011 ; elle a récemment créé un duo Dolores et

Soledad chantent l'amour, ainsi qu'un concert piano-voix et un disque consacrés à la chanteuse

Barbara. Elle joue également depuis 2014 avec la compagnie du théâtre de L'Unité, (spectacles Le

Parlement et La Nuit Unique), depuis l'année dernière avec La Youle Compagnie, et depuis cette

année avec la compagnie Dédale Music.

Elle compose régulièrement des musiques pour la scène et se consacre actuellement à la création

d’un concert de chansons originales (création prévue avril 2021).

Elle consacre par ailleurs du temps à la composition de musiques de scène et de chansons

(notamment pour les spectacles Zinzin et Pied de nez de la cie 25 watts, chansons interprétées par

elle-même).

 

Après avoir étudié le cinéma à l’Université Lyon 2 puis à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Stéphane Privat fait ses débuts en tant que vidéaste et performer vidéo en 2006 avec le Groupe Composit. Il y assure la création ou la co-création de plusieurs spectacles et installations multimédias : Le cri de l’humanité (pièce chorégraphique) ; RVB en Alpha (performance multimédia) ; Cathodique-moi (installation interactive) ; You Scared Me (spectacle multimédia). Depuis 2015, il associe création vidéo pour le théâtre (Cie Iphigénie, Collectif Abrasifs, Cie du Porte Voix, La Waide Cie, Cie Famille Mundi, Cie 25 Watts), performances audiovisuelles (festival Vision’R - Paris, rencontres Bandits Mages - Bourges, rencontres Traverse Vidéo - Toulouse) et recherche scientifique dans le champ de l’esthétique du cinéma et des théories des médias (préparation d’une thèse en Études Cinématographiques, sous la direction de Barbara Le Maître, à l’Université Paris Nanterre, laboratoire Histoire des Arts et des Représentations). Stéphane Privat est également engagé depuis 2012 dans différentes initiatives d’éducation populaire (ateliers VJing avec la MJC Paris Mercoeur et l’association Les Réseaux de la création ; ateliers de création vidéo avec l’association La Sierra Prod). Il est également chargé de cours à l’Université Paris Nanterre ainsi qu’à l’Université Paris 8 Saint-Denis. Il y enseigne notamment l’analyse filmique et les théories du cinéma. À travers ces différentes approches, Stéphane Privat questionne les limites et les frontières de l’image filmique ainsi que les dispositifs dans lesquels elle se présente.